Bussy-Saint-Martin : parc de Rentilly

Parc public - 54 ha

PARC CULTUREL DE RENTILLY, MICHEL CHARTIER
Avec ses vues ouvertes et lointaines vers le paysage champêtre, ses arbres et ses pentes douces enherbées, les courbes de ses allées, sa forme et son tracé asymétrique, le parc nous plonge au XIXe siècle. Sa conception, inscrite dans le grand paysage, est issue des courants artistiques et philosophiques qui ont traversé l’Europe depuis le XVIIIe siècle, mais aussi des bouleversements techniques, scientifiques et industriels en cours. La botanique comme la peinture transforment les regards sur la nature et le monde rural. Ce parc paysager couvre plus de 20 ha.
Au sud, une perspective à la française (9ha) , sublimée par les bassins en béton armé, a été rétabli. Ici même il y a trente ans, un vaste chantier était en effet en cours. Les bois (19 ha) constituent le troisème entité paysagère du parc.
Les carrés de pelouse qui font face à l’Orangerie comme ceux de buis derrière les communs sont les traces d’une quatrième entité : chaque château possédait en effet un espace de culture, un jardin vivrier souvent organisé en jardin d’agrément. Ce jardin de roses et de fleurs, de potagers, de serres, de vergers et de murs à vignes et espaliers de fruitiers, situé dans l’axe de l’Orangerie (1 ha), comme celui plus modeste au nord des communs (0,5 ha), a pourtant traversé le XXe siècle pour disparaître dans les années 1980.


ARCHITECTURE
Rasé à la suite d'un incendie en 1944, un "chateau" est reconstruit 10 ans plus tard. L’édifice reconstruit a perdu toute facture et s’inscrit dans le déclin industriel de l'empire Menier. Les pièces sont sans volume, en enfilade. Les combles qui accueillent encore du personnel de maison sont sans jour. Il sera pillé et vandalisé. Sa restauration n’a de sens qu’au service d’une ambition culturelle. Le château de 1954, auquel les riverains restent attachés, va être conservé mais sublimé pour retrouver toute sa place dans le dispositif paysager élaboré depuis des siècles.
La proposition artistique et architecturale des lauréats de l’appel à projet de 2011, lui offre une incroyable métamorphose. Elle est en 2014 à la fois une œuvre d’art et un lieu consacré aux expositions, conformément au souhait de la collectivité qui recherche « une architecture avec une dimension artistique et atypique forte ». À l’instar des générations de propriétaires qui se sont succédés, la Communauté d’Agglomération de Marne et Gondoire choisit l’architecture comme expression de la culture.
Fruit d’une collaboration entre l’artiste Xavier Veilhan, le scénographe Alexis Bertrand et les architectes Élisabeth Lemercier et Philippe Bona, la proposition artistique et architecturale est une célébration de la nature environnante, belle et poétique. Le château miroir magnifie les arbres, le ciel, les nuages.

ARBRES
Balade bucolique, la promenade dans le parc est un voyage vers des contrées lointaines, par la figure des arbres qui animent le paysage et cadrent imperceptiblement les vues.
Des arbres exotiques - amélanchier du Canada, catalpa de Caroline, cèdre de l’Atlas, érable du Japon, tulipier de Virginie- comme des arbres indigènes – chênes, marronniers, noyers- ponctuent la prairie et les cheminements de leurs couleurs et de leurs formes. Les arbres s’épanouissent sans contrainte, atteignant toute leur majesté. Chaque sujet planté semble avoir été valorisé, mis en scène par les mouvements de sols dits ados.

Un platane à feuille d’érable d’environ 200 ans s’est déployé dans toutes les directions : ses branches charpentières se sont renforcées années après années pour supporter l’effort et pour s’étendre horizontalement sans rompre. D’autres se sont soudées avec le temps, cette fusion physique et fonctionnelle ou anastomose est plus fréquente sur le système racinaire. Il a été labellisé Arbre Remarquable de Seine-et-Marne par le CAUE 77 et le Département.

N’hésitez pas à chercher le séquoia géant qui marcotte et son écorce épaisse qui le protège du feu, le catalpa qui se tord, le cèdre de l'Atlas qui se reflète sur la façade du château. À trouver le couple de Ginkgo Biloba dit arbre aux quarante écus, le plus vieil arbre connu sur terre, résistant à la radiation et connu pour ses nombreuses vertus médicinales et à repérer le(s) hêtre(s) pourpre(s) fragilisé(s), dans un périmètre de sécurité aménagé à sa mesure…


Retrouvez l'intégralité de la promenade architecturale et paysagère proposé par le CAUE 77 :
> en téléchargeant l'application gratuite ARCHISTOIRE, > Archipel Francilien > "Le chateau miroir - une ode aux paysages"
> sur le site du CAUE77 > Jardins > Parc Culturel de Rentilly, "Le chateau miroir - une ode aux paysages" - Collection Archipel Francilien

• Durée de la visite : 1h30 à 2h00

• Informations :
- Office de tourisme de Marne et Gondoire - 01 64 02 15 15

• Horaires : Plus d'infos sur les animations Couleur Jardin
Le parc est ouvert tous les jours :
Du 1er avril au 31 octobre de 9h à 20h,
le reste de l'année de 9h à 18h.

• Le site est accessible aux personnes à mobilité réduite.

• Accès libre

• Adresse : Domaine de Rentilly, 1 rue de l’Etang
• Stationnement sur site

• Accessible par le RER A, station Torcy, sortie 1, puis à pied (20 minutes).

• Les chiens en laisse sont autorisés.

Pour plus d'informations www.parcculturelrentilly.fr 

Renseignements :
Site internet :www.marneetgondoire.fr/en/les-parcs/domaine-de-rentilly
Page facebook du Parc culturel : www.facebook.com/parcculturelrentilly 

Secteur Nord - jardin suivant